Arthaud - Réédition de 1953
Collection Sempervivum, ouvrage orné de 16 héliogravures



Introduisant cet ouvrage par le récit d'une course en montagne qui aurait pu mal tourner, Marc Augier (qui s'est également -miraculeusement- transformé en Saint-Loup histoire se refaire une virginité dans la société d'après-guerre) prends le parti d'aborder la thématique éculée des accidents en montagne sous l'angle du miracle.

En effet, les onze chapitres du livre nous relatent des récits d'accidents en montagne qui auraient pu mal tourner et se terminer tragiquement. Mais il n'en sera rien... et les athées pourront y voir une manifestation non pas divine comme Saint-Loup mais celle d'une chance (ou d'un culot) à toute épreuve !

En compilant ces récits, Saint-Loup a avant tout voulu témoigner, à ses yeux, d'un déterminisme supérieur où les "bons" (qui n'avaient commis aucune faute) et les "mauvais" (qui méritaient finalement bien les conséquences de leur(s) imprudence(s)) se trouvaient tous -miraculeusement- tirés d'affaire.

L'ouvrage est fort bien documenté, tant d'un point de vue des techniques alpines expliquées que des photos des lieux illustrant chaque chapitre et permettant de prendre conscience de la chance (ou du miracle) dont ont bénéficié les victimes de ces accidents.

Mais (car il y a malheureusement toujours un "mais" avec Saint-Loup), les vieux relents de l'idéologie nazie et de la supériorité de la race blanche parviennent à ressurgir - même à 4000m ou au beau milieu d'un glacier - en particulier quand l'auteur nous raconte l'accident survenu à un Caporal-Chef d'une troupe de montagne allemande postée au Mont-Cenis (récit initalement relaté dans le S.E.S Eclaireurs-Skieurs de Jacques Boell).

Un livre pour garder espoir même dans les situations les plus désespérées (et quand bien même Saint Loup, ausi bon écrivain qu'il fut, est lui aussi assez désespérant au final).