Mission Alpinisme - 30 ans de l'histoire du GMHM
Collectif (Antoine Chandellier - Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense)
Editions Guérin - 2006



Le Groupe Militaire de Haute Montagne est né à la fin des années 70 dans l'esprit du commandement de l'Armée de Terre qui souhaitait se doter à la fois d'une "vitrine" communicante et d'un pôle d'excellence et d'expérimentation pour les Troupes de Montagne (les fameux Chasseurs Alpins).

Un groupe est formé sous l'autorité de Jean-Claude Marmier qui dirigera le Groupe pendant 10 ans. Mélangeant militaires de carrière, et appelés du contingent, Marmier s'entoure de fortes pointures en alpinisme. Quelques noms qui marqueront la discipline et leur époque sortiront du rang : Christophe Profit, Eric Escoffier, Jean-Christophe Lafaille pour ne citer que les plus connus d'entre eux.

Mais les années 80 et la sur-médiatisation des sports extrêmes (souvenez-vous des premières apparitions de Nicolas Hulot), associé à une certaine saturation du public au regard des lourdes éxpéditions himalayennes, va faire prendre au GMHM un virage stratégique où la montagne n'est plus le seul objectif. On retrouve alors des membres du groupe en parapente (justifié en tant que possible moyen de transport du soldat), deltaplane et même Base-Jump.

Face à ce qui aura pu paraître pour certains une dérive le GMHM se recentre enfin, en témoigne l'introduction sur son site web :

Le groupe militaire de haute montagne est composé d’une dizaine d’hommes, officiers, sous-officiers, et engagés volontaires de l’Armée de Terre. Il constitue l’équipe de pointe de l’alpinisme et des expéditions lointaines de l’Armée de Terre dont il symbolise les valeurs fondamentales : courage, esprit d’équipe, ténacité, panache et professionnalisme.
Sa mission : le maîtrise des conditions physiques et climatiques extrêmes.


La mission est claire : recadrer le GMHM sur ses missions militaires premières : tester du matériel, des situations et comprendre et améliorer la resistance des hommes en milieux difficiles.

L'ouvrage, au texte plutôt neutre, est riche de nombreuses photos d'archives, de qualités inégales.

Voir les interview de J.C Marmier et A. Chandellier sur TVMountain