La Face Voilée - Joe Simpson
Titre original : Dark Shadows Falling
Editions Glénat - Coll. Hommes et Montagnes - 09/1998



Joe Simpson, miraculé au Siula Grande (La Mort Suspendue), n'a pas abandonné la montagne, loin de là, puisque nous le retrouvons au Népal lors d'une tentative d'ouverture d'une nouvelle voie au Pumori.
Avec une conscience d'alpiniste désormais exacerbée, il observe dans cet ouvrage, avec un regard sans complaisance, le petit monde de l'alpinisme, et plus particulièrement celui de l'himalayisme.

L'ascension de l'Everest, sommet emblématique, est le point nodal de cet ouvrage et amène Joe Simpson à s'alarmer du gachis humain qu'engendre la quête à tout prix du Toit du monde. L'Everest est en effet littéralement embouteillé. Des créneaux favorables en méteo plutôt rares (ne manquez pas de lire Le Routeur des Cîmes à ce sujet), beaucoup (trop) de monde au Col Sud et au-dessus (ressaut Hillary) : expés nationales, expés commerciales, quelques soloistes et surtout des drames. Trop de drames. C'est la montagne direz-vous... Mais Joe Simpson regrette qu'au prétexte d'être dans la fameuse "Zone de la Mort", d'avoir payé une petite fortune pour se trouver là et de ne vouloir en aucun cas hypothéquer sa propre ascension, plus personne (à de rares exceptions près cependant) ne juge bon d'appliquer la solidarité et l'entraide montagnarde qui prévalent dans tous les autres massifs montagneux du monde.

Au final, au XXième siècle, on peut donc encore mourir de froid et de fatigue à 30 mètres de son prochain sans que ce dernier ne bouge le petit doigt.

Aujourd'hui, les "vrais" alpinistes sont tellement loin de ce battage commercial autour de l'Everest que l'on pourrait aussi bien dire qu'ils pratiquent un tout autre sport. Ils forment une élite, par rapport à laquelle tous les autres devraient se jauger. Au lieu de cela, notre sport souffre de cet étrange schisme, avec une élite qui se distancie discrètement de ce qui se passe sur les huit mille, comme si elle reconnaissait tacitement que ce n'est pas de l'alpinisme.


Passé ce constat, Joe Simpson propose quelques solutions pour redonner à l'Himalaya une partie de sa splendeur passée, et en particulier la possibilité d'interdire le recours à l'Oxygène et éventuellement aux cordes fixes. Le recours à un style "pur" (le style alpin) réservera les hautes altitudes uniquement à ceux qui en sont capables, physiquement et techniquement.

Un ouvrage plutôt bien écrit (traduit) malgré un cheminement un peu trop brouillon à mon goût.


PS : Joe Simpson fait à un moment référence à une photo du col Sud prise par Karl Huyberechts, publiée par l'entremise de Pierre Royer dans High Mountain Sports en 1993. Je serai très curieux de pouvoir y jeter un coup d'oeil si quelqu'un la possède !