Warning: is_file() [function.is-file]: open_basedir restriction in effect. File(/mnt/138/sda/1/2/pelic/blog/plugins/importExport/class.db.export.php) is not within the allowed path(s): (/mnt/102/sda/1/2/pelic) in /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/plugins/autoBackup/_define.php on line 159

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/plugins/autoBackup/_define.php:159) in /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 211

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/plugins/autoBackup/_define.php:159) in /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 213

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/plugins/autoBackup/_define.php:159) in /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 213

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/plugins/autoBackup/_define.php:159) in /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 213

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/plugins/autoBackup/_define.php:159) in /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/inc/public/lib.urlhandlers.php on line 59

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/plugins/autoBackup/_define.php:159) in /mnt/102/sda/1/2/pelic/blog/inc/clearbricks/common/lib.http.php on line 236
Tag - arthaud - Une montagne de livres

Une montagne de livres

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

6 avril 2008

Eclaireurs-skieurs au combat 1940-1944-1945 - Jacques Boell

Eclaireurs-skieurs au combat 1940-1944-1945 - Jacques Boell
Editions Arthaud - Collection Témoignages - 1962
Perret 0520

Cet ouvrage est la 2nde réédition de l'ouvrage (réécrite et moins passionnée que celle parue juste après l'armistice en 1946).



Récits de guerre et de combats en montagne qui intéresseront les amateurs d'histoire militaire et plus particulièrement celle des Chasseurs Alpins mais également les familiers des montagnes de (Haute) Maurienne, largement évoquées (notamment les massifs entourant le Mont Cenis, théâtre de violents combats).
Le récit le plus connu tiré de l'ouvrage, Le Prisonnier de la Ronce, inspirera grandement le scénario des ''Etoiles de Midi'' de Marcel Ichac.

18 janvier 2008

La Montagne des Autres - Bernard Amy

La Montagne des Autres - Bernard Amy
Arthaud - Coll. Sempervivum n°55 - 1972
Perret 0096



Il est de ces livres souvent loin d'être parfaits d'un point de vue littéraire (quoique...), qui prennent parfois la forme d'une laborieuse dissertation d'un étudiant en sciences humaines (P.Chapoutot) mais qui vous émeuvent... Tout simplement.

Bernard Amy nous emmène bien loin des difficiles et techniques voies des Alpes, encore plus loin de l'Himalaya. C'est l'époque où on montait une expédition pendant les vacances, sans sponsor et en rejoignant le pied de grands massifs quasi-inconnus, en combi VW avec des copains ou des inconnus. La Turquie était aux portes de l'europe mais c'etait déjà l'Orient, mythique et mystérieux avec son parfum d'aventure et de découvertes.

D'alpinisme, il en est bien sûr question. Mais il n'est ici qu'un prétexte pour partir à la rencontre d'un peuple montagnard par essence : les Kurdes.

C'est à cette démarche à contre-courant que nous invite B. Amy.

21 octobre 2007

Max Melou - Prière sur le Mont Blanc

Max Melou - Prière sur le Mont Blanc
Editions Arthaud - Coll Sempervivum n°42 - 1967



L'avant-propos de R. Faure aurait dû me mettre la puce à l'oreille.

Ce livre a été écrit pour des skieurs.

Je n'ai pas l'habitude des jugements à l'emporte-pièce (du moins en matière de livres) mais cet ouvrage n'a pas grand chose à faire ni dans la collection Sempervivum, ni dans la bibliothèque d'un amateur de livres de montagne et d'alpinisme.

Non pas que le ski ne nous intéresse pas.
Mais tout, dans cet ouvrage, a mal vieilli : les sujets & les thèmes abordés, les références de l'auteur, le style en lui même; pompeux et (très) vaguement poétique ou philosophique.

Un bouquin lu en diagonale, qu'on s'empresse de refermer et qui, au final, (qu'on me pardonne le jeu de mot) est un peu relou.

26 septembre 2007

Vacances d'Alpiniste - Frank S. Smythe


Vacances d'Alpiniste (Mountaineering Holiday) - Frank S. Smythe
Traduction de J & F. Germain
Ed. Arthaud - Coll. Sempervivum (n°2) - Juil 1948



Ouvrage écrit en 1940 par celui qui fut un des grands alpinistes de cette première moitié de siècle, Vacances d'Alpiniste a pour cadre les deux semaines de congés de sujets anglais dans les Alpes. Avec un humour certain (pour ne pas dire britannique), Frank S. Smythe nous décrit dans le détail ce qui est encore à l'époque une vraie petite expédition depuis la banlieue londonnienne jusqu'au coeur de l'Oisans, puis dans le massif du Mont Blanc. L'ouvrage est bien entendu prétexe à plusieurs récits de courses qui, malgré la simplicité avec laquelle ils sont décrits en feraient presque oublier leur difficulté...

Mais Frank S. Smythe profite également de cette tribune littéraire pour dénoncer la surfréquentation des alpes ou l'invasion des touristes en altitude mais également pour s'extasier sur ces plaisirs simples qu'offrent l'alpinisme et la pratique de la montagne.

Un ouvrage au final plutôt intéressant en tant que témoignagne sur la pratique de l'alpinisme amateur dans les années 40 mais que j'ai néanmoins trouvé un peu fastidieux à lire et manquant quelque peu d'originalité.


1 septembre 2007

Geiger Pilote des Glaciers - André Guex


Geiger Pilote des Glaciers - récit par André Guex
Editions Arthaud - Coll. Sempervivum n°44 (édition revue et augmentée du Sempervivum n°26 de 1954)




Hermann Geiger, le pilote des glaciers, est entré vivant dans la légende. Au début des années 1950, il perfectionne (il ne fut pas le premier mais tous ses prédécesseurs se contenteront d'un coup d'essai) et popularise le vol et surtout l’atterrissage en haute montagne. Très vite, celui que l'on surnomme " l’Aigle de Sion " ou le " Saint-Bernard des airs " trouve propulsé au rang de héros national (suisse).

Saint Bernard, il le fut assurément, ne comptant pas les heures de vols pour secourir ou aider son prochain, qu'il fut guide, montagnard, gardien de cabane ou même... chamois affamé en plein hiver.

Plus que la découverte d'une technique particulière, cet ouvrage est avant tout le portrait d'un homme fondamentalement tourné vers les autres et qui aimait comme personne ses montagnes valaisannes. Geiger, pilote d'avion avant tout, mais qui n'hésitera pas à défendre l'utilisation de l'hélicoptère en montagne en pilotant ces machines encore capricieuses et sensibles à l'aérologie avec brio.


Collection Sempervivum - Arthaud


Sempervivum : nom scientifique de la Joubarbe des montagnes

Sempervivum : (également et surtout) nom d'une des plus fantastiques collection de livres de montagne et d'alpinisme. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Benjamin Arthaud lance la célèbre collection « Sempervivum » dirigée par Félix Germain qui assurera avec son épouse Jeanne de nombreuses et excellentes traductions d'un certain nombres d'ouvrages de la collection. Pendant trente ans sortiront ainsi des ouvrages consacrés à l’étude ainsi qu’à l’exploration de la montagne (plus de soixante), et en particulier Annapurna, premier 8000 de Maurice Herzog, 1er "best-seller" mondial du genre et grand succès d'édition...

Emblème Sempervivum - Arthaud

  • Sempervivum N° 1 Sir Francis YOUNGHUSBAND - L'Epopée de l'Everest - 1949
  • Sempervivum N° 2 Frank S. SMYTHE - Vacances d'alpiniste - 1948
  • Sempervivum N° 3 James Ramsay ULLMAN - La Grande conquête - 1950
  • Sempervivum N° 4 SAINT-LOUP - La Montagne n'a pas voulu... - 1949
  • Sempervivum N° 5 Giusto GERVASUTTI - Montagnes, ma vie - 1949
  • Sempervivum N° 6 Pierre ALLAIN – Alpinisme et Compétition - 1948
  • Sempervivum N° 7 Eric SHIPTON – Sur cette montagne - 1950
  • Sempervivum N° 8 Felice BENUZZI - Kenya ou la Fugue Africaine - 1950
  • Sempervivum N° 9 Jean SARENNE - Trois curés en montagne - 1950
  • Sempervivum N° 10 SAINT-LOUP - Monts Pacifique - De l'Aconcagua au Cap Horn - 1951
  • Sempervivum N° 11 Frank S. SMYTHE - L'Aventure Alpine - 1951
  • Sempervivum N° 12 Etienne BRUHL - Variantes. Nouvelles et pastiches. 1951 (souvent référencé sous le n°13)
  • Sempervivum N° 13 Jean VERNET - Au Coeur Des Alpes - 1951
  • Sempervivum N° 14 SAMIVEL - Contes A Pic - 1951
  • Sempervivum N° 15 Anderl HECKMAIR - Les trois derniers problèmes des Alpes - 1951
  • Sempervivum N° 16 Maurice Herzog - Annapurna Premier 8000 - 1951
  • Sempervivum N° 17 C. KOGAN / N. LEININGER – Cordillère Blanche - 1952
  • Sempervivum N° 18 Bernard PIERRE - Escalades au Hoggar - 1952
  • Sempervivum N° 19 H.W. TILMAN - Everest 1938 - 1952
  • Sempervivum N° 20 Alain de CHATELLUS – Alpiniste Est-ce toi ? - 1953
  • Sempervivum N° 21 G. CHAVALLEY – R. DITTERT – R. LAMBERT Avant-premières à l'Everest - 1953
  • Sempervivum N° 22 H.W. TILMAN - Deux Montagnes Et Une Rivière - 1953
  • Sempervivum N° 23 Henri ISSELIN - La Barre des Ecrins (4.102m.) - 1954
  • Sempervivum N° 24 Gaston REBUFFAT - Etoiles et Tempêtes (Six Faces Nord) - 1954
  • Sempervivum N° 25 Charles S. HOUSTON. Robert H.BATES - K 2. Montagne sans pitié - 1954
  • Sempervivum N° 26 André GUEX - GEIGER PILOTE DES GLACIERS - 1954
  • Sempervivum N° 27 James Ramsay ULLMAN - TENZING DE L'EVEREST - 1955
  • Sempervivum N° 28 Tom LONGSTAFF - Mon Odyssée Montagnarde - 1955
  • Sempervivum N° 29 Jean FRANCO – Makalu - 1955
  • Sempervivum N° 30 Jean RIVOLIER - Médecine et Montagne - 1956
  • Sempervivum N° 31 Henri ISSELIN - LA MEIJE - 1956
  • Sempervivum N° 32 Gilbert TOULOUSE - MONTAGNE RETROUVEE - 1957
  • Sempervivum N° 33 Ardito DESIO - La conquête du K2 - 1956
  • Sempervivum N° 34 Wilfrid NOYCE - Everest, notre Conquête ? - 1958
  • Sempervivum N° 35 Georges LIVANOS - Au delà de la verticale - 1958
  • Sempervivum N° 36 Hermann BUHL - Buhl du Nanga Parbat - 1959
  • Sempervivum N° 37 Henri ISSELIN - Les aiguilles de Chamonix - 1961
  • Sempervivum N° 38 Walter BONATTI - A MES MONTAGNES - 1963
  • Sempervivum N° 39 Tita PIAZ - Le Diable des Dolomites - 1963
  • Sempervivum N° 40 Marcel COUTURIER - LE GIBIER DES MONTAGNES FRANCAISES - 1964
  • Sempervivum N° 41 Toni HIEBELER - COMBATS POUR L'EIGER - 1965
  • Sempervivum N° 42 Max MELOU - Prière sur le Mont Blanc - 1967
  • Sempervivum N° 43 Pierre MINVIELLE - La conquête souterraine - 1967
  • Sempervivum N° 44 André GUEX - GEIGER PILOTE DES GLACIERS - 1967 (l'un des deux Sempervivum à avoir été édité sous deux numéros différents)
  • Sempervivum N° 45 Max LIOTIER - CELUI QUI VA DEVANT - 1974
  • Sempervivum N° 46 Henri ISSELIN - LA MEIJE - 1967 (l'autre Sempervivum à avoir été édité sous deux n°)
  • Sempervivum N° 47 Charles Pierre PEGUY - Ces montagnes qui flottent sur la mer - 1973
  • Sempervivum N° 48 Jean CHATEAU - Le Chemin De Clarabide - 1970
  • Sempervivum N° 49 Max LIOTIER - LES SEIGNEURS DE LA NEIGE - 1970
  • Sempervivum N° 50 Paul DREYFUS - Sylvain Saudan skieur de l'impossible -1970
  • Sempervivum N° 51 COLLECTIF - Alpinisme moderne - 1971
  • Sempervivum N° 52 Pierre MAZEAUD - Montagne pour un homme nu - 1973
  • Sempervivum N° 53 Michel BALLERINI - Le roman de montagne en France - 1973
  • Sempervivum N° 54 Chris BONINGTON - Annapurna face sud -1972
  • Sempervivum N° 55 Bernard AMY - La Montagne des autres - Alpinisme en pays kurde -1972
  • Sempervivum N° 56 Henri ISSELIN - Du côté de l'Aiguille Verte. 1972
  • Sempervivum N° 57 Robert PARAGOT / Yannick SEIGNEUR - MAKALU Pilier ouest - 1972
  • Sempervivum N° 58 JL. LUMPERT - Les Compagnons de l'Alouette - 1973
  • Sempervivum N° 59 Claude & Philippe TRAYNARD - Ski de montagne - 1974
  • Sempervivum N° 60 Reinhold MESSNER - Le 7ème Degré - 1975
  • Sempervivum N° 61 BUSK - Armand Charlet, portrait d'un guide
  • Sempervivum N° 62 Toni HIEBELER - SOS ROC ET GLACE - 1976
  • Sempervivum N° 63 Reinhold MESSNER - DEFI DEUX HOMMES UN 8000 - 1977
  • Sempervivum n° 64 Cecily WILLIAMS - Dames alpinistes



Je n'ai pu identifier à quels ouvrages correspondaient les Sempervivum n°46, 58 et 61 et si le n°63 est bien le dernier de la collection.
Merci pour votre aide éventuelle !! Merci à Dan Masse pour les infos manquantes ! Emblème Sempervivum - Arthaud

13 avril 2007

Face Nord - Saint Loup

Face Nord - Saint-Loup (Marc Augier)
Arthaud - 1950



Revoici une nouvelle fois le sulfureux Marc Augier alias Saint Loup.

Sulfureux mais bougrement bon écrivain ! Si Face Nord reste encore son roman de montagne le moins engagé (du moins au premier abord), La Montagne n'a pas voulu et surtout La République du Mont Blanc abordent en effet plus explicitement certaines thèses et le côté sombre de Marc Augier.

Ce roman, qui se déroule pendant la période de l'occupation, a pour cadre principal le Mouvement Jeunesse et Montagne qui verra d'ailleurs éclore quelques belles carrières alpines.

La montagne ne reste néanmoins que le cadre de ce roman. En effet, l'ouvrage est quasiment entièrement axé sur l'étude d'un chef de centre JM fanatique et exalté qui partagé, entre son amour pour une femme et la montagne, se met en tête de former de manière extrêmement dure et brutale les stagiaires de son camp. Ceci afin d'en faire non seulement des alpinistes hors-pair, mais surtout des êtres supérieurs...

Saint-Loup tente de personnifier au travers de Guido La Meslée la hauteur d'âme, la performance, le défi, l'amour de la compétition. Dans ce roman, on retrouve tous ces thèmes chers à Saint-Loup. Son héros se dresse cette fois contre les faibles (les effectifs de son camps sont décimés par les accidents en montagne), l'autorité hiérarchique de Vichy, et l'Eglise. Demeuré incompris par la société; il est exilé au fond de la vallée désolée et reculée des Enfetchores. Mais au petit groupe qui le suit et le vénère, il déclarera "Je veux faire de vous les représentants d'une humanité supérieure. Celle où l'homme aura dominé la crainte de la mort."

En tirant un trait sur les aspects idéologiques - auquel je n'adhère pas soit dit en passant - l'intérêt principal de ce roman, outre sa qualité d'écriture, reste le témoignage - pas forcément historique - de ce que pu être le mouvement Jeunesse et Montagne entre 1940 et 1944.

Un extrait d'un long article d'Emmanuel Nadal sur Jeunesse et Montagne paru dans Cimes 2006 (Revue du Groupe de Haute Montagne) :

Il est intéressant de lire, à la lumière de ces écrits du temps de la collaboration, le roman que Marc Augier fera paraître au lendemain de la guerre sous le pseudonyme de Saint-Loup. Il s'intitule Face Nord et se déroule entièrement dans le cadre des chantiers de Jeunesse et Montagne. Son personnage central, Guido La Meslée (contraction probable de Guido Lammer et de Edmond-Marin La Meslée, célèbre pilote de chasse où l'on retrouve la figure de l'aviateur -alpiniste...) campe un chef d'équipe brutal, alpiniste frénétique et halluciné, adepte des « méthodes viriles » évoquées précédemment, et n'hésitant pas à envoyer à la mort les jeunes dont il a la charge. La montagne se charge de sélectionner les meilleurs semble nous dire Augier... À de nombreux passages, on comprend que cet individu, volontiers présenté comme un « surhomme », incarne l'idéal du chef selon Augier, ce qu'aurait dû être un « chef JM ». Las. tout au long du roman, on le voit se heurter à l'incompréhension et à l'impéritie des cadres de JM, présentés comme des bureaucrates timorés et bornés, étrangers au sentiment de la montagne, attachés à faire des jeunes, « de bons citoyens et de fidèles serviteurs de l'État », là où le « Chef La Meslée » prétend en faire « les représentants d'une humanite supérieure ».

On saisit bien ici l'ampleur du fossé creusé entre Jeunesse et Montagne, émanation d'une conception pluraliste et personnaliste de l'éducation sportive de jeunesse, et ce genre d'exaltés de la collaboration, appelant à sa fascisation accélérée. Ces jeunesses embrigadées, les occupants les connaissent très bien quant à eux, puisqu'ils l'expérimentent depuis plusieurs années. Il est intéressant dès lors d'observer le regard qu'ils portent sur l'expérience des chantiers de JM.


24 février 2007

Saint-Loup - La Montagne n'a pas voulu

Arthaud - Réédition de 1953
Collection Sempervivum, ouvrage orné de 16 héliogravures



Introduisant cet ouvrage par le récit d'une course en montagne qui aurait pu mal tourner, Marc Augier (qui s'est également -miraculeusement- transformé en Saint-Loup histoire se refaire une virginité dans la société d'après-guerre) prends le parti d'aborder la thématique éculée des accidents en montagne sous l'angle du miracle.

En effet, les onze chapitres du livre nous relatent des récits d'accidents en montagne qui auraient pu mal tourner et se terminer tragiquement. Mais il n'en sera rien... et les athées pourront y voir une manifestation non pas divine comme Saint-Loup mais celle d'une chance (ou d'un culot) à toute épreuve !

En compilant ces récits, Saint-Loup a avant tout voulu témoigner, à ses yeux, d'un déterminisme supérieur où les "bons" (qui n'avaient commis aucune faute) et les "mauvais" (qui méritaient finalement bien les conséquences de leur(s) imprudence(s)) se trouvaient tous -miraculeusement- tirés d'affaire.

L'ouvrage est fort bien documenté, tant d'un point de vue des techniques alpines expliquées que des photos des lieux illustrant chaque chapitre et permettant de prendre conscience de la chance (ou du miracle) dont ont bénéficié les victimes de ces accidents.

Mais (car il y a malheureusement toujours un "mais" avec Saint-Loup), les vieux relents de l'idéologie nazie et de la supériorité de la race blanche parviennent à ressurgir - même à 4000m ou au beau milieu d'un glacier - en particulier quand l'auteur nous raconte l'accident survenu à un Caporal-Chef d'une troupe de montagne allemande postée au Mont-Cenis (récit initalement relaté dans le S.E.S Eclaireurs-Skieurs de Jacques Boell).

Un livre pour garder espoir même dans les situations les plus désespérées (et quand bien même Saint Loup, ausi bon écrivain qu'il fut, est lui aussi assez désespérant au final).

28 janvier 2007

Le Roman de Montagne en France - Michel Ballérini

Ed Arthaud 1973
Coll.Sempervivum n°53
(Rebut des bibliothèques de la Ville de Grenoble)



Ce livre trouve son origine dans un mémoire de maîtrise soutenu dans le cadre d'une université parisienne nous avertit M. Ballérini en prélude à cet ouvrage.

Il est bien evidemment difficile de tenter de résumer cette somme de lectures, d'analyses et de synthèses, quand bien même le sujet (le roman de montagne) est lui-même particulièrement réduit et délimité (je n'ose dire confidentiel).

Riche et variée, la littérature alpine l'est incontestablement si l'on considère la somme des oeuvres inspirées par la montagne. Les premières furent des relations de voyages et des travaux scientifiques. L'exploration et la conquête de la montagne créèrent le récit de course, genre par excellence de la littérature alpine qui a la relation de voyage pour ancêtre et le compte rendu expédition pour descendant. A l'occasion, la poésie s'empara du thème. La montagne est aussi matière à des essais, des contes, des pamphlets, des récits historiques, sans oublier les pièces de théâtre (...).
Parmi tous ces genres littéraires, le roman tient une place à part que cette étude voudrait préciser en se plaçant sous une perspective d'abord et essentiellement historique, puis théorique. L'objet de cette étude est donc de faire le point sur le roman de montagne. Cette synthèse pouvait être utile pour combler une lacune car, si la montagne a inspiré les romanciers, les romans de montagne n'ont guère inspiré les critiques.


(...) nous définissons le roman de montagne comme étant l'histoire d'une action fictive qui se passe en montagne. L'analyse des problèmes qu'il pose fera voir les nuances qu'il faudrait apporter à cette définition sommaire, qui met cependant en valeur les trois éléments principaux d'un roman de montagne : le décor, les personnages, l'action. Nous n'avons analysé dans cette étude que les oeuvres qui présentent ces trois éléments (...). Le décor forme l'élément essentiel : il n'a, bien sûr, d'autre obligation que de représenter une montagne, qui peut être imaginée ou réelle, épisodique ou toujours présente. C'est pourquoi cette étude aurait pu s'intituler, dans une certaine mesure, La Montagne dans le Roman, étant donné qu'elle fait allusion à des oeuvres - en général anciennes - où la montagne est présente, mais qui ne sont pas à proprement parler des romans de montagne (...).


En épilogue à cette introduction, M. Ballerini nous rappelle que ses choix sont bien évidemment soumis à une certaine subjectivité.

L'auteur a retenu pour base de son mémoire une approche chronologique du sujet (entre parenthèses, les principaux auteurs traités) :

  1. La révélation de la montagne par le roman 1760 - 1800. Naissance et ambiguïté d'un thème (Rousseau - Bernardin de Saint-Pierre)
  2. L'introduction de la montagne dans le roman 1800 - 1860. Un thème qui se cherche (de Senancour - G. Sand - Lamartine)
  3. Les premiers roman de montagne 1860 - 1919. De l'affirmation des tendances et de l'apparition de nouveaux éléments aux premiers romans de montagne (Daudet - Maupassant - Theuriet - Hervieu - H. Bordeaux - Casella)
  4. L'âge classique du roman de montagne 1919 - 1945. Naissance du roman de haute montagne et maturité d'un thème (Giono - Scize - Mélon - Bruhl - Samivel - Dieterlen - Frison-Roche - Proal)
  5. Les nouvelles tendances depuis 1945. Continuité et renouvellement d'un thème (Troyat - Desorbay - Desservetaz - Daumal - Belzacq - Samivel - Saint-Loup - G. Sonnier)
  6. Bilan et Problèmes

Sur cette dernière période, qui nous intéresse le plus :
A l'issue du second conflit mondial en 1945, le nombre d'alpinistes s'accroît considérablement et par conséquent, le nombre de ceux qui aiment retrouver dans un livre les espaces qu'ils viennent de quitter. La période 1945-1960 n'aura jamais vu autant de production littéraire consacrée à la montagne. Deux tendances majeures se dégagent : une lignée traditionnelle qui exploite les grands thèmes de l'Alpe (le peuple montagnard, les guides, la guerre en hauteur) mais avec un style renouvellé; une autre lignée cherche à réformer plus en profondeur ces thèmes, en lien avec l'évolution des pratiques en matière d'alpinisme puis d'himalayisme. Le roman policier en montagne fait son apparition, le roman d'anticipation se cherche et enfin la nouvelle et la poésie créent un genre à part entière avec leurs meneurs (Samivel - Belzacq).

D'un point de vue plus métaphysique, la vision qu'ont les écrivains de la montagne change. Elle n'est plus seulement ce refuge romantique et idéalisé. Les écrivains commencent à s'interroger sur le sens de la montagne et la place qu'elle peut tenir dans leur vie. La montagne sera d'ailleurs prétexte à des dérapages et à l'expression d'idées, dirons-nous, idéologiquement très orientées...


Le roman de montagne va se faire également le témoin de l'évolution de l'alpinisme. Le roman de montagne, d'une manière générale, a toujours suivi cette évolution avec un certain retard.

La littérature alpine romanesque n'a à peu près rien produit jusqu'en 1800 et pas grand-chose jusqu'en 1900. Un roman de montagne est inconcevable à une époque où l'on découvre à peine la montagne. Tout le XIXème siècle est ainsi marqué par la vogue croissante de l'alpinisme et par la pauvreté du roman. Les grands écrivains ne pouvant guère se faire alpinistes à volonté, on ne trouve dans leurs oeuvres que des allusions qui traduisent cependant un grand intérêt pour la montagne. (...) Vers la fin du XIXème siècle apparaissent cependant les premiers romans et les premiers succès (Tartarin sur les Alpes - L'Alpe homicide). (...) Avant la première guerre mondiale, l'intérêt se porte sur le roman et ira grandissant pendant l'entre-deux-guerres. L'alpinisme atteint à cette époque sa plus grande maturité, et la littérature alpine d'exploration - celle des récits de courses - son point de saturation (...). Le roman apparaît alors comme une nouvelle possibilité pour les écrivains (...). L'attrait pour le roman va encore se développer après le second conflit mondial (...).
L'étude de l'évolution historique a montré assez précisément quelles ont été les étapes par lesquelles est passé le roman de montagne, mais on peut, très schématiquement, les simplifier en deux grandes périodes : avant et pendant le XXème siècle.


Ballerini revient enfin sur les liens qui existent entre le roman de montagne et le reste de la littérature alpine. La littérature de montagne s'adresse le plus souvent à un public d'initiés et rares sont les oeuvres ayant atteint le grand public. En tentant de distinguer les deux catégories, M. Ballerini tente la classification suivante : la littérature alpine est la littérature du souvenir (son genre noble en étant le récit de course). La littérature alpine romanesque est une littérature de l'imagination. Or, le premier genre ne pouvait que - à la longue - s'épuiser. Et cetet lutte contre l'uniformité des récits de course allait favoriser l'éclosion du second genre; son renouveau ? Le roman a sa place dans la littérature alpine parce qu'il en est le genre le moins technique (ou le plus littéraire...) et surtout, le plus accessible à un public non néophyte (faut-il rappeler que Premier de Cordée fut tiré à plus d'1 million d'exemplaires - succès considérable qui a plus que largement débordé du cercle des initiés).


Michel Ballerini, au travers de cette analyse très complète, a surtout le mérite de tenter de réhabiliter plusieurs auteurs ou certaines oeuvres passablement ignorées (en particulier Jean Proal et Guy Belzacq). Mais il réhabilite surtout le roman face au reste de la littérature alpine.

Au milieu d'une littérature alpine de plus en plus abondante, le roman apporte au lecteur un souffle au parfum original. Comme le récit, il recrée, pour le lecteur moyen, un univers unique; pour l'alpiniste, un univers favori. Mais le récit (de montagne), c'est un bloc de montagne, une paroi de roc et de glace décrite telle qu'elle fut gravie, ce sont des sensations vécues, transmises sans fard au lecteur, dans toute leur brute simplicité.
Le roman, c'est la montagne rêvée, magnifiée, et pourtant réelle; c'est la montagne recréée par des mots, les mots tout droit sortis de l'imagination d'un auteur.

L'écrivain s'est souvenu de ses ascensions, il s'est remémoré des itinéraires, des péripéties, des paysages, des sensations, des pensées, puis il a tout oublié. Il a imaginé des montagnes, des personnages, et il a fait vivre ces personnages dans ces montagnes, et de sa plume est né le roman.
Que des mots soient capables de créer des personnages vivants dans l'esprit du lecteur, c'est le secret du roman; qu'ils soient capables aussi de recréer l'univers alpin, c'est le secret du roman de montagne. Cette union du roman et de la montagne satisfait une part importante de nous-mêmes : celle qui se lasse un jour de la réalité - et qui se plaît alors à rêver.



A lire également :

24 janvier 2007

Tita Piaz - Le Diable des Dolomites

Arthaud - Coll "Sans Limites"
Edition de 1999
traduction de Felix Germain

Cadeau de ma Môman :-)



En 1948 un insensé accident... de bicyclette met tragiquement fin à l'existence de celui qui fut certainement l'un des plus grands guides italien, sinon des Alpes. Roi des Dolomites, originaire du Val Di Fassa, où il avait défriché tous les itinéraires possibles, encordé, décordé, en montée, en descente, mais aussi en tyrolienne quand une voie se faisait récalcitrante.

Gian Battista Piaz de son vrai nom, né en 1879, se découvre vite, encore enfant, des prédispositions pour l'escalade. D'audacieuses premières et son côté franc-tireur en font le guide le plus recherché de la période, qu'il s'agisse de simples répétitions de ses ouvertures sur les Tours du Vajolet (il gère le refuge situé à leurs pieds) ou de premières audacieuses.

Tita Piaz Il tira son surnom de "Diable des Dolomites" de ses extraordinaires qualités et de son temperament anarchique mais également de son aspect physique pas toujours très engageant. ;-)

Mais Tita Piaz apporte surtout une nouvelle conception de la pratique de l'alpinisme et du métier de guide. Piaz est un guide moderne. Célébre dans toutes les alpes à à peine 30 ans, il donne des conférences, écrit des articles et s'engage également en politique.


De cette biographie, écrite par lui-même, on ne retiendra pas un style inoubliable même si l'auteur ne se prend pas du tout au sérieux. Tita Piaz était avant tout un coureur de parois et son palmarès reste impressionnant, compte tenu des moyens de l'époque. Tita Piaz était surtout profondémment attaché à ses Dolomites natales où il pratiquait un alpinisme passionné

Tita PiazOn retiendra enfin particulièrement le récit de la controverse avec Preuss, que Tita Piaz nous conte longuement en seconde partie de l'ouvrage. Dans la période entre le début du siècle et les années 20 se mettent en place des clivages entre grimpeurs qui structurent encore aujourd'hui les familles de grimpeurs. La querelle la plus éloquante concerna le recours aux moyens artificiels de progression et d'assurage et opposa, essentiellement dans le massif des Dolomites, avant la première guerre mondiale, Paul Preuss à Tita Piaz et Hans Dülfer. Paul Preuss est aujourd'hui considéré comme le précurseur du libre en raison de sa pratique du solo intégral. Le parcours d'une voie à l'aide d'un quelconque artifice de progression fait selon lui « perdre toute valeur à l'ascension et honneur à son réalisateur » de même qu'il trouve dangereux l'encordement en cas de chute de l'un des membres de la cordée. La postérité semble donner raison à ses opposants car son extrémisme lui sera fatal en 1913 lors de son ultime ascension. Les conditions de la mort de ce dernier suffisent à rendre contestables ses prises de position sans concession aux yeux des observateurs contemporains pour lesquels il est évident qu'un bon grimpeur est celui qui survit à sa carrière verticale.

Quelques critiques
Nos vacances 2006 dans les Dolomites : ici et

18 décembre 2006

Docteur Vertical - Emmanuel Cauchy

Merci à Françoise pour ce cadeau de la Saint Nicolas ;-)

Recto Au (Haut) Secours !

Figure incontournable du secours en montagne (Hôpital du Mont blanc & rattaché au PGHM de Chamonix), médecin urgentiste spécialisé dans le secours en montagne, Emmanuel Cauchy (Docteur Vertical étant son (sur-)nom de plume pour le Magazine Vertical) revient sur 15 ans de sauvetages dans le Massif du Mt Blanc; souvent dramatiques, parfois cocasses, mais tous émouvants.

Ni grande littérature, ni un essai critique, Docteur Vertical est tout simplement un (bon) documentaire sur le secours en altitude et ses anges gardiens des cîmes.

A rapprocher du plus sérieux "Secours en montagne : Chronique d'un été" d'Anne Sauvy (Ed. Arthaud) et du récent "In Extremis : L'épopée du secours dans le massif du Mont-Blanc" de Blaise Agresti (Ed. Guerin)

La critique de Daniel Masse
Le site de l'Hopital de Chamonix

4 novembre 2006

Henri Ferrand & Paul Guiton - La Route des Alpes Françaises

Nouvelle acquisition

Arthaud réédition de 1961
Remis à jour par Paul Guichonnet et Jean Masseport

Couverture de Samivel



Marcel Ichac - Quand Brillent Les Etoiles de Midi

Nouvelle acquisition

Arthaud 1960
1ère edition



Photos du tournage du film "Les étoiles de midi"

12 octobre 2006

Max Liotier - Celui qui va devant

Arthaud Coll. Sempervivum n°45
Réédition de 1971



Prenant pour cadre l'ascension de la Meije avec un client, le Guide Max Liotier égrenne, au fil des pas et des passages techniques, ses réflexions sur le métier de guide de haute montagne. De la motivation du métier à ses difficultés, des relations avec le client à l'évolution des vallées (en particulier celle de la Romanche à La Grave), du bonheur d'être en montagne aux tranches de vie dans les refuges.

Un bel hymne au métier de Guide malgré un style qui a un peu vieilli (Max n'aime visiblement pas trop les blousons noirs et les beatniks ;-) )

Paul Guiton - Le Livre de la Montagne

Paul Guiton - Le Livre de la Montagne
Essai d'une esthétique du paysage

Editions Arthaud - 1945

1 octobre 2006

Mont Blanc aux Sept Vallées - Roger Frison-Roche & Pierre Tairraz

Nouvelle acquisition
Arthaud 1959 1er tirage, broché, couverture illustrée - 170 héliogravures
Etat neuf


16 septembre 2006

Entre Terre et Ciel - Gaston Rebuffat

Une nouvelle acquisition...

1ère edition de 1962 chez Arthaud
Photos de Pierre Tairraz